surveillance-reseaux-sociaux

Les réseaux sociaux : un outil de surveillance efficace

Il faut faire attention sous tous les angles car de nombreuses options permettent actuellement d’espionner nos faits et gestes. Il s’agit de l’utilisation d’un logiciel d’espion. Au travers de cette plate-forme, toutes les informations peuvent être accessibles par quelqu’un d’autre, quelle que soit la raison. De de fait, il est possible que nous sommes victimes d’un espionnage en permanence, aussi bien sur le téléphone que sur les réseaux sociaux.

Pour quel intérêt cette surveillance des téléphones et des réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux s’annoncent de nos jours le centre d’attention de bon nombre de personnes, de toutes les catégories. Il s’agit d’un service de réseautage social en ligne, un moyen sur Internet permettant de relier des individus physiques ou moraux entre eux. Les membres y affichent leurs informations, opinions, photos, mais également leurs déplacements. Grâce à de nombreux logiciels qui existent sur le marché, il est possible d’exploiter ces données.

Avec l’arrivée de ces plates-formes, bon nombre de personnes pensent à utiliser des logiciels espions, quelle que soit la raison. Une palette d’entreprises offre différentes solutions à quiconque qui désire espionner les réseaux sociaux et tout ce qui se trouve dans les téléphones portables.

De manière classique, les personnes qui souhaitent espionner les réseaux sociaux sont essentiellement des femmes. Elles visent surtout à savoir la fidélité de leur conjoint, ou de le localiser. Ou encore les chefs d’entreprises qui tentent de situer leurs employés. Mais il y a aussi des parents qui cherchent à connaître ce que font leurs enfants.surveillance_reseaux_sociaux

Les formes d’exploitation des surveillances de réseaux sociaux

Dans des cas plus importants, l’exploitation des données issues des réseaux sociaux peut prendre néanmoins diverses formes. D’un côté, il y a les services de renseignement qui espionnent les informations de la planète entière pour une quelconque raison. Mais de l’autre côté, des personnes essaient de les utiliser pour améliorer la vente, via des annonces publicitaires, de lancer un produit, de séduire un large public. Mais d’autres catégories de personnes peuvent récupérer des données dans leur recherche à des fins scientifiques ou sociologiques.

Différentes informations sur les réseaux sociaux sont utilisées pour pourchasser les militants. Tel est le cas de la société Geofeedia, qui vend des services d’analyse en dégageant de l’immense base de données fournir par Twitter, Facebook ou encore Instagram. Elle fournit une aide précieuse à la police pour suivre les militants durant des mouvements sociaux dans de nombreuses villes des États-Unis où les forces de la police abattent des hommes noirs. Mais Twitter et Facebook ont décidé d’empêcher l’entrée de cette entreprise à leurs flux de données.

IBM a déjà révélé également d’une coopération avec un établissement de recherche brésilien pour suivre sur Twitter l’expansion de différentes maladies telles que le Chikungunya, la dengue ou le Zika.

Le ministère de la justice américaine a financé une étude réalisée par des chercheurs britanniques et l’ONG Rand visant à éradiquer les crimes racistes grâce à la géolocalisation des commentaires malveillants et soupçonneux sur les réseaux sociaux permettant de délimiter les quartiers à risque.

Néanmoins, cette affaire de surveillance pose de multiples problématiques, surtout la surveillance gouvernementale qui ne respecte pas parfois les droits constitutionnels.