tout-savoir-imprimante-3d (2)

Nouvelle technologie : les imprimantes 3D

Fabriquer des objets réels à partir de modèles informatiques est une petite révolution car aujourd’hui loin d’être réservée aux industrielles et aux spécialistes, l’impression 3D est en train de devenir accessible à tout le monde et pas que dans de grandes instituions. Cette invention est de plus en plus médiatisée mais elle n’est en réalité pas toute récente. On va donc s’intéresser à qu’est-ce que l’impression 3D puis au fonctionnement de celui-ci.

Qu’est-ce que l’imprimante 3D ?

Le terme imprimante peut induire en erreur, imprimer en 3D revient en fait à fabriquer un objet d’un seul tenant en superposant des couches de matières, on parle de fabrication additive. L’idée de l’imprimante 3D date de 1983 par l’américain Charles Hulls. Il a déposé le brevet de cette invention en 83 puis a fondé son entreprise 3D System en 2000. Aujourd’hui, c’est l’entreprise leader sur ce marché. Son invention repose sur le principe nommé stéréolithographie, mais ce principe n’est pas celui qui se développe le plus, du moins pour une utilisation grand public. En effet, les modèles les plus courants sont nommés FDM. Ce principe est similaire à ce que l’on connaît tous l’impression papier. Lorsqu’avec une imprimante papier, on crée un modèle 2D tel qu’un document Word ou une photo, avec une imprimante 3D, on crée un objet avec certains logiciels de modélisation 3D. Ensuite lorsque l’imprimante 2D applique l’encre sur le papier selon le modèle informatique, l’imprimante 3D va appliquer un matériau par de nombreuses couches successives.

Comment fonctionne une imprimante 3D ?

Cette technique d’impression fonctionne donc à la manière d’un pâtissier, comme avec une poche à douille, l’imprimante dépose des couches de matières préalablement fondues. La tête d’impression dessine la base de l’objet et le construit couche par couche en remontant jusqu’au sommet. En effet, la taille de la tête d’impression ou l’articulation de la structure peuvent influer sur l’épaisseur des couches et la finesse des détails. Pour imprimer un objet, il faut partir d’un modèle numérique en trois dimensions conçu par l’ordinateur. Pour modéliser l’objet, il faut prendre toutes les mesures, et à partir de ces données, le designer élabore un croquis en 2D sur son ordinateur et le converti ensuite en 3D puis l’enregistre sous un format standard. Lorsque la pièce est terminée, pour l’imprimer il faut la décomposer en plusieurs couches. Si ce fichier numérique est un prérequis indispensable à l’impression d’un objet 3D, il existe aujourd’hui, trois méthodes pour se le procurer : des sites internet avec des modèles prêts à imprimés, un scanner 3D qui numérise l’objet directement en trois dimensions ou pour les plus doués, la conception sur mesure. L’ordinateur codifie la position puis la forme de l’objet et toutes ses informations sont envoyées à l’imprimante qui peut alors le fabriquer. Pour le grand public, le matériau pour une impression 3D est souvent le plastique mais cependant les matériaux sont de plus en plus divers jusqu’à même pouvoir imprimer avec des métaux.

imprimante-3d-decouverte

L’imprimante 3D va certainement se développer de manière très importante dans les prochaines années et touchera tous les domaines de la vie quotidienne, même celui-ci et encore plus ce sujet, sur http://nainternaute.com/.